Sororité Aryenne et Wicca

1

septembre 19, 2012 par Sororité Aryenne


Grecs et Romains de l’Antiquité ne savaient pas qu’ils étaient  “païens” ou  “polythéistes”, appellations savantes et modernes. Le premier de ces termes est d’ailleurs de nature polémique puisque lancé par les chrétiens qui se référaient ainsi aux survivances des cultes anciens dans les pagi, c’est-à-dire dans les villages éloignés des campagnes (d’ailleurs il devait devenir plus tard un terme générique englobant l’islam, le bouddhisme, etc…)  ; le second de ces termes est plus scientifique car plus récent. Or nos ancêtres de l’Antiquité savaient seulement qu’ils étaient “croyants” et “religieux” et, en tant que tels, devaient vénérer plusieurs Dieux, non pas parce qu’ils ignoraient la réalité unitaire et métaphysique du cosmos mais parce qu’ils savaient que cette réalité s’exprimait par une pluralité merveilleuse de formes et de fonctions contribuant à la beauté et à la sacralisation du cosmos. Les monothéismes abrahamiques  apparaissent donc comme des involutions, soient des régressions  imposées du complexe vers le simpliste – et notamment  une involution matérialiste et utilitaire de l’acte sexuel.

Lorsqu’on parle de paganisme, il convient de distinguer deux phénomènes ; d’une part, la religiosité populaire, d’autre part, les traditions élitaires. Dans les pays celtiques, scandinaves, baltes et slaves, contrairement aux pays méditerranéens, le paganisme populaire s’est maintenu à travers les siècles et, dans le Nord, est demeuré plus autonome par rapport aux christianismes officiels qu’au Sud :  il y demeure certes de très intéressantes survivances de la religiosité populaire païenne, mais sous des travestissements chrétiens.  À l’époque de la Renaissance, le contrôle religieux médiéval s’était relâché ; certes il s’est ensuite renforcé par le double effet de la Réforme et de la Contre-Réforme, mais dans la période de relâchement, des résurgences païennes se sont manifestées qui ne peuvent pas s’expliquer sans admettre qu’il a y eu vraiment continuité souterraine pendant des siècles.  Et aujourd’hui nous, wiccanes, nous voulons une élite païenne s’inscrivant dans la continuité des cultures grecque et latine, cultures qualitativement supérieures, par un renouveau de l’épicurisme : épicurisme perçu comme une doctrine matérialiste et atomiste, selon laquelle notre univers est exclusivement composé d’atomes et de vide ( ce que la Science a désormais confirmé ) et  qu’il est donc vain de redouter la mort puisqu’elle n’est qu’un « retour au néant »;  délivrant enfin l’humanité  de la crainte superstitieuse des puissances divines et des châtiments après la mort , ce néo-épicurisme lui restitue toute latitude de se consacrer à l’action pure : Art et Combat.

Si ces 2 termes “païen” et “polythéiste” servent simplement à faire comprendre directement ce que nous, wiccanes,  sommes, il faut cependant préciser que le premier se réfère à la spiritualité préchrétienne et le second au Panthéon classique. Forts de cette précision, nous pourrions nous définir comme païennes et polythéistes. Mais si ces termes génèrent de la confusion et risquent de nous associer désagréablement à l’occultisme du New Age, alors il vaut mieux privilégier l’appellation de “traditionalistes européennes”, car finalement c’est de cela que nous parlons. Dans le terme “païenne”, nous voulons retrouver une volonté d’aller aux racines, et ce dans un sens racial, un refus de tout compromis avec ce qui est venu “après”. Le paganisme wiccan est donc utile pour échapper aux pièges de certaines visions spiritualistes pour qui tout ce qui fut “bon” dans le monde antique aurait été définitivement absorbé et assimilé dans les monothéismes –  chrétien en Occident et musulman en Orient. N’est-il pas un signe que dans la culture universitaire, le terme “païen” est utilisé habituellement pour toute référence aux philosophies et littératures de l’Antiquité, d’Héraclite à Epicure, d’Homère à Virgile ? Les chrétiens ont passé deux siècles à détruire cette culture et dix à la redécouvrir…  le “paganisme” représente le donné originel de la culture européenne et ne doit être par conséquent :

– ni un terme criminalisé

– ni une notion collée à des phénomènes d’autre origine, comme le firent certaines instances religieuses qui criaient au “retour du paganisme” quand ils évoquaient les nuits aux flambeaux dans le Nuremberg des années 30.

Une réflexion sur “Sororité Aryenne et Wicca

  1. A reblogué ceci sur Sororité Aryenne and commented:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :