France 2012

1

septembre 20, 2012 par Sororité Aryenne


par Brigid Trismegiste

Nous voici donc, en 2012, au début d’une présidence socialiste comme la France n’en a plus connue depuis presque deux décennies. Que va t-il se passer? Pour le savoir enlevons le zéro, qui ne compte pour rien, et translatons-nous quelques minutes en 212. Que se passa t-il en cette année-là?

Après la conquête du bassin Méditerranéen, Rome était devenu un empire à vocation universaliste et c’est sans résistance notable qu’en 212 l’édit de l’empereur Caracalla, lui-même métis de punique et de berbère, accorda le droit de cité complet à tous les habitants de l’Empire : la notion d’étranger disparut! Réforme inédite dans la mesure où le fonctionnement de Rome était calqué sur celui d’Athènes, où on en distinguait deux sortes – le métèque, de culture grecque mais étranger à la Cité, et le barbare, étranger à la civilisation grecque* – et auxquels ne fut que très parcimonieusement accordé la citoyenneté!

Le résultat de l’édit de Caracalla(211-217) ne se fit pas attendre : jusqu’alors recrutés dans l’aristocratie romaine de sang, les empereurs devinrent très vite de races étrangères : Macrin (217-218) venait de Mauritanie; Héliogabale (218-222), de Syrie; Sévère Alexandre (222-235), de Phénicie; le centre vital de l’empire romain se déplaça vers l’Est et la création de Constantinople en 330 ne fit qu’entériner cette situation.

A l’heure où l’idée d’une possible intégration de deux pays asiatiques, Israël et la Turquie, au sein de l’Union Européenne a été brandie à de nombreuses reprises, l’analogie avec cette antique situation s’impose : François Hollande a affirmé dès avant son investiture qu’il envisageait pour 2013 une réforme institutionnelle donnant le droit de vote aux étrangers : c’est « une étape vers l’intégration », avait alors affirmé son conseiller spécial du campagne, Jean-Marc Ayrault, déjà pressenti pour le poste de Premier Ministre qu’il obtint. Et le reste de l' »empire européen », pour poursuibre l’analogie, n’est pas en reste : onze Etats de l’UE (Belgique, Danemark, Luxembourg, Pays-Bas, Suède, Finlande, Estonie, Slovénie, Lituanie, Hongrie, Slovaquie) permettent aux étrangers de voter aux élections locales, après une durée minimale de séjour, qui varie de deux à cinq ans selon les pays. Dans cinq de ces Etats (Danemark, Finlande, Luxembourg, Pays-Bas, Suède), les étrangers ont également le droit d’éligibilité. l’Irlande est le seul pays qui accorde le droit de vote aux élections municipales à tous les étrangers depuis 1963, mais depuis 1992, aucune durée minimale de séjour n’est plus exigée. Pis encore, en Espagne, les citoyens de huit Etats non-européens (Equateur, Nouvelle-Zélande, Colombie, Chili, Pérou, Paraguay, Bolivie, Cap-Vert) peuvent voter aux élections municipales s’ils résident légalement dans le pays depuis cinq ans…

Si Rome fit donc pire qu’Athènes en matière de décadence raciale, nul doute que son héritier spirituel, ce qui fut l’Occident chrétien*, est en passe de faire pis encore. Et rien d’étonnant à cela, les mêmes cause produisent les mêmes effets : dans un monde où tous les faits sociaux sont considéres comme des faits économiques, et où l’économie devient elle-même une idéologie, ce réductionnisme touche ce que nos nouveaux « maîtres à penser » appellent le « vivre ensemble », c’est-à-dire à la définition même de la citoyenneté. Les immigrés deviennent constitutifs de la population des pays européens, et les travailleurs autochtones riches et qualifiés aspirent à inscrire la mobilité comme mode de vie, se désintéressant de ce fait des valeurs et formes culturelles du groupe racial auquel ils appartiennent . En 2017 rien ne s’opposera donc plus à ce que nous nous retrouvions avec un travesti mulâtre, un footballeur cafre ou une coolie saïgonnaise à la présidence.

* en France, nos « métèques » furent essentiellement espagnols, italiens et polonais – blancs et catholiques donc : l’intégration se fit en une génération. Nos « barbares » ne sont ni l’un, ni l’autre, et après plusieurs générations, restent ce qu’ils sont : mauvais sang ne saurait mentir!

Une réflexion sur “France 2012

  1. A reblogué ceci sur Sororité Aryenne and commented:

    Aujourd’hui se termine une an très exactement de présidence Hollande, au cours de laquelle son titulaire apprend à ses dépens que pour être recevables, les décisions politiques doivent s’adapter, non à la logique transcendantale de quelques penseurs dans la tour d’ivoire de leurs universités, héritiers spirituels des scoliastes de Francfort, mais à la nature humaine, à l’immanence des nations. Les peuples doivent être gouvernés d’une façon qui convienne à leur tempérament et à leur disposition, et coutume et intuition populaire sont, bien plus que la volonté arbitraire d’un législateur, les facteurs constitutifs d’une législation. C’est que les vrais Français partagent une culture, qui est un ensemble élaboré de significations et de valeurs guidant la plupart de nos actions et nous permettant de prédire, dans une large mesure, le comportement des autres individus : partant, l’introduction d’un élément étranger à trop forte dose n’est pas « enrichissant » mais toxique – et il en va aussi bien d’une trop forte immigration que de mesures sociales contraires à notre nature, à notre inconscient collectif français et européen.

    Comme prévu, l’actuel président n’a tenu presqu’aucune de ses promesses, mais ça n’est pas toujours un mal : par exemple, depuis 1981 et la campagne présidentielle de François Mitterrand l’ayant mené à l’Elysée, le Parti socialiste promet le droit de vote des étrangers aux élections locales. En 2012, François Hollande avait repris la proposition dans son engagement n°50 – « J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans » – l’exécutif allant jusqu’à vouloir inclure le droit de vote des étrangers dans la révision constitutionnelle.

    Le 18 septembre 2012, la ministre du logement Cécile Duflot avait assuré que la mesure sera mise en place pour les élections municipales de 2014. Le 13 Novembre 2012, François Hollande pour sa première conférence de presse officielle à l’Elysée avait pour sa part dit que le droit de vote des étrangers serait appliqué à condition de réunir une majorité des 3/5e des voix nécessaires au Congrès pour modifier la Constitution. Après une série de consultations faites par le premier ministre Jean-Marc Ayrault en janvier, la mesure a finalement été écartée au motif qu’à ce jour les 3/5e n’ont pas été réunis. A la Sororité Aryenne, un soupir de soulagement gonfle nos poitrines altières et nous disons « Tant mieux ! »

    La seule « promesse » tenue à ce jour – le « mariage » homosexuel – non seulement n’intéresse pas l’immense majorité des Français, mais en hérisse plus d’une. Et puis, lorsque l’un des membres de ce couple va défuncter, et que l’autre héritera en ne payant presque pas d’impôt, comment le fisc compensera t-il ce manque à gagner? En le prenant dans les poches des travailleurs hétérosexuels, naturellement!

    Mais ça ne s’arrêtera pas là, loin s’en faut : maintenant le Conseil Français du Culte Musulman, produit du 25%-juif Sarkozy, se sent le « droit moral » de réclamer à son tour l’institutionnalisation du mariage polygamique musulman. Et on voit mal comment les autoproclamés « intellectuels socialistes » pourront le leur refuser, à moins d’aller contre leur propre logique. Mais pas seulement eux : la galliforme Frijide Barjot n’a t-elle pas déclaré le mois dernier à l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) « je suis venue délivrer un message de paix d’accueil et de lutte contre l’homophobie et de place pour la véritable filiation humaine… les musulmans représentent une espérance … » ?

    Et ce n’est que le début. Chacun sait que, dans nos oligarchies libéralo-pourrissantes, d’aucunes et d’aucuns nomment comme héritier leur animal familier. Les projets de « mariage » sus-évoquées une fois entérinés, tout naturellement ces personnes-là demanderont à pouvoir se marier en toute légalité avec leur chien ou leur chat, afin d’éviter au malheureux survivant l’insupportable ponction fiscale successorale. Et ça ne s’arrêtera pas là : un animal étant bien entendu incapable de gérer un patrimoine, il conviendra de lui nommer un tuteur… et donc que le bestiau soit reconnu « majeur incapable », c’est-à-dire qu’il faudra lui donner un statut de citoyen du pays – donc un rang humain!

    Un nombre croissant de nos « concitoyens » d’aujourd’hui, imposés par les chantres de l’immigration « enrichissante », sont des sauvages à peine civilisés; ceux de demain seront peut-être des poissons rouges… ou des cactus, car certains parlent à leurs plantes d’appartement qui en deviennent vite leurs meilleures confidentes, ne l’oublions pas non plus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :