Thomas Sankara, ultime dirigeant fasciste du XX° siècle

4

septembre 21, 2012 par Sororité Aryenne


par Ira Mélanox

 

« Un militaire sans formation politique et idéologique
est un criminel en puissance »

Cette sentence, qui pourrait avoir été une devise de la Waffen SS, fut prononcée dans les années 80 par le capitaine Thomas Sankara, alors président de la République du Burkina du 4 août 1984 au 15 octobre 1987, après l’avoir été du Conseil National Révolutionnaire de la République de Haute-Volta.


« Peul-Mossi » issu d’une famille catholique, il suivit une formation d’officier à l’Académie militaire d’Antsirabé, à Madagascar, devint en 1976 commandant du CNEC ( Centre National d’Entraînement Commando ) et lors d’un stage d’aguerrissement au Maroc fonda le Regroupement des Officiers Communistes (ROC) . Mais ses actions dès qu’il fut au pouvoir devaient clairement montrer qu’il s’agissait nettement plus d’un idéalisme philosophique que du traditionnel matérialisme universaliste marxisant, suivant en cela la voie spirituelle d’un Jacques Doriot, d’un René Binet, d’un Alain Soral.

Après avoir restitué sa dignité raciale à sa nation en la rebaptisant d’un nom africain _ Burkina Faso, « Pays des hommes intègres » _ il contribua à relever le niveau biologique de la population par une campagne massive de vaccination des Burkinabés qui fera chuter le taux de mortalité infantile, alors le plus haut d’Afrique, suivie d’une construction considérable d’écoles et d’hôpitaux. La revalorisation du biotope nécessaire à l’amélioration de la Race se traduira par une campagne de reboisement _ chaque famille doit planter 100 arbres chaque année pendant 5 ans (en 15 mois, 10 millions d’arbres furent plantés pour faire reculer le Sahel) , il est interdit d’écrire sur un seul côté d’une feuille, et pour se marier, les jeunes burkinabés doivent se présenter à la mairie avec de jeunes arbres à planter _ mais aussi par une grande réforme agraire de redistribution des terres aux paysans telle qu’entreprise en 1933 en Germanie par Richard Walther Darré, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation du III° Reich ; l’idéologie Blut und Boden se traduira par une expansion des cultures propre à réveiller la mémoire raciale de ce peuple africain: sorgho et mil, l’arachide, le coton et la canne à sucre étant les grandes cultures d’exportation.

Contre la domination historique des grandes puissances sur son pays et pour la participation du peuple au pouvoir, son mot d’ordre était toutefois que le pays devait vivre de ses propres forces et au niveau de ses propres moyens: il encouragera donc la consommation des produits locaux et réduira le train de vie des dirigeants ( lui et ses ministres rouleront en Renault 5, qui deviendra la nouvelle Volkswagen _ voiture du peuple _ du Burkina Faso ) afin qu’ à terme le pays puisse accéder à l’autarcie économique, qui était un mot d’ordre dans son programme. Créant un espace vital pour le peuple du Burkina Faso par la construction de barrages et de retenues d’eau, par l’aménagement de sites anti-érosifs avec les populations (18 barrages construits en 85, contre 2 en moyenne avant lui, le bilan officiel faisant état d’une réalisation du Programme Populaire de Développement de 80% en 86, ce qui est un succès compte tenu de l’ampleur des objectifs ) Thomas Sankara tournait résolument le dos à la conception libérale d’une économie mondiale régulée d’elle-même par le jeu de l’offre et de la demande, en élaborant et en présentant des projets centrés sur la Nation. La mise en œuvre de cette idéologie d’espace vital et d’un programme d’autarcie exigeant une utilisation appropriée des moyens de l’État, il mettra en place des aides au logement, notamment par la baisse des loyers et de grandes constructions de logement pour tous.

Mais cette souveraineté alimentaire ne pouvait suffire car aucun développement n’est possible sans des acteurs instruits; il fera donc alphabétiser les dix langues du pays et former la population sur l’hygiène, la santé de base, la gestion pour les paysans et les commerçants, partant du principe qu’il n’y a pas de société humaine sans culture et de culture sans correspondance avec une société . Le programme d’hygiène raciale passera aussi par l’émancipation de la femme, par son instruction et l’obtention d’un pouvoir économique. « Le travail au même titre que l’homme, les mêmes droits et devoirs sont des armes contre l’excision et la polygamie, armes que la femme n’hésitera pas à utiliser pour se libérer elle-même et non par quelqu’un d’autre » . Le travail des femmes sera dès lors généralisé afin d’assurer la cohésion de la communauté du peuple burkinabé _ équivalent de la Volksgemeinschaft nationale-socialiste allemande du III° Reich.

Un critère raciste fondamental étant la conservation et la perpétuation des coutumes culturelles d’une Race, des semaines nationales de la culture seront instaurées en 1983. Se déroulant à tour de rôle dans les villes du pays, elles permirent la construction de salles de spectacles et de structures touristiques. Thomas Sankara fera ajouter aux arts habituels batik, peinture, sculpture, bronze, tissage, stylisme, lutte traditionnelle, cyclisme amateur, cuisine, coiffure, masques, magie; la télévision offrira une large place aux programmes culturels et toute exportation d’objet culturel reconnu comme spécimen authentique devra être autorisée par la Direction du Patrimoine. Par cette réappropriation des coutumes raciales millénaires et des objets-témoins de sa protohistoire, Thomas Sankara voulait ancrer son peuple dans sa terre d’origine. loin du « culte de l’indifférencié » promu par le mondialisme apatride et universaliste : ainsi devait se recréer, au Burkina-Faso, une race ancrée verticalement dans le temps.

On peut donc dire que, par les interdictions du droit de grève et d’opposition politique ayant pour but de réunir en une gerbe de forces vives toutes les volontés de la nouvelle nation burkinabée, Thomas Sankara avait instauré un socialisme autoritaire et antidémocratique basé sur un perfectionnement continu de la Race par l’amélioration constante des conditions de vie des individus la composant, et qu’à ce titre il mérite la qualification de dernier grand dirigeant fasciste du XX° siècle.

                                              Die « Sankarajugend »

Mais on ne refuse pas impunément le contrôle de gestion et politique du Yahvé boursier et de son bras armé franco-anglo-américain! Thomas Sankara finira assassiné le lendemain de la visite de Julien Dray, alors président d’SOS-racisme*, pour avoir été d’efficace façon en opposition radicale avec les systèmes spéculatifs boursier de Paris, Londres et Wall-Street, qui ne pouvaient admettre de se voir ôtée toute possibilité de spéculation et d’emprise financière sur l’économie burkinabée.

* source : Serge Malik, « Histoire secrète de SOS-Racisme », Albin Michel, 1990 – jamais réédité depuis, naturellement…

4 réflexions sur “Thomas Sankara, ultime dirigeant fasciste du XX° siècle

  1. Vincent O dit :

    L’auteur de cet article connaît-elle Sankara autrement que par son nom, et décrit-elle sa vie autrement que par ses fantasmes de jeune fille n’ayant pas atteint l’âge de maturité? Quelques précisions:

    – Sankara n’a JAMAIS utilisé les termes « espace vital », « race » ou « racisme »: à Harlem, il conspuait le racisme et appelait à l’amour entre Noirs et Blancs: https://www.youtube.com/watch?v=37HUixuJSIM .
    – Sankara était universaliste: à l’ONU, il disait s’inspirer des révolutions de 1789 et 1917, adhérer aux principes des Droits de l’Homme et du Citoyen. Il déclarait parler au nom du peuple du Burkina Faso, mais plus largement « au nom de ces femmes (occidentales), victimes d’une société régie par les mâles. au nom de ces chômeurs, victimes d’un système conjoncturellement injuste » (https://www.youtube.com/watch?v=Mv5TPUL1NcU).
    – C’est au nom de l’égalité et de l’anti-capitalisme que Sankara a imposé la gratuité de la santé et du logement, et pas en vertu d’un hygiénisme de type nazi.
    – C’est au nom de la dignité du peuple burkinabé que Sankara a voulu faire revivre leur culture, et pas pour exalter la supériorité d’une race sur une autre.
    – Sankara a créé des « Comités de Défense de la Révolution », conseils décentralisés qui permettaient au peuple burkinabé d’exercer un pouvoir démocratique direct, à l’inverse d’un Mussolini qui déclarait que le peuple italien n’avait « que des devoirs ».
    – Sankara a voulu que TOUT le peuple burkinabé s’émancipe, sans distinction d’ethnies, de couleur de peau ou de religion…l’inverse d’un certain moustachu allemand.
    – Sankara, farouchement anti-impérialiste et égalitaire, a refusé de s’associer aux menées impérialistes de Kadhafi… l’inverse des fascistes qui considèrent que « l’impérialisme est la loi éternelle et immuable de la nature » (Mussolini).

    Petite citation de Sankara pour conclure, afin de réorienter celui qui serait perplexe devant cet article, et pour montrer que Sankara est aussi proche d’Hitler qu’Hitler ne l’est de Rosa Luxembourg:

    « L’esprit de dignité et de liberté (…) doit souffler du Nord au Sud et du Sud au Nord, et franchir allègrement les frontières. Les peuples africains pâtissent des mêmes misères, nourrissent les mêmes sentiments, rêvent des mêmes lendemains que les peuples européens ».

  2. valdorf44 dit :

    Il y a 27 ans survenait le coup d’État du 15 octobre 1987 au Burkina Faso. Cet événement majeur de l’histoire du pays est aussi le jour de la mort de Thomas Sankara.

  3. kwanzaamillenium dit :

    A reblogué ceci sur Noir, Fier et Conscient and commented:
    Le tableau dressé au pinceau de poils pubiens d’un estimable Africain, admirablement honoré par des demoiselles dont l’altitude intellectuelle n’a d’égale que leur profondeur vaginale, et l’habileté stylistique leur dextérité clitoridienne. A consommer sans ménagement et avec palpitations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :