Le parasitisme noir de la France

2

juillet 18, 2013 par Julie Couronne


par Julie Couronne

 

Un pourcentage non négligeable de Noirs déguisent leur soif d’assistanat par un soi-disant combat mémoriel. Un nouvel acte de cette farce révoltante vient, 165 ans après l’abolition de l’esclavage, d’être mis en scène par le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) qui demande des comptes à la Caisse des Dépôts & Consignations (CDC). À l’occasion de la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage de 2013, le CRAN a déposé le lundi suivant (13/05/2013) une assignation en justice visant la CDC et deux de ses filiales; y sont mises en cause les sommes versées par Haïti en contrepartie de son indépendance, que la CDC a encaissées pendant des années. Elle «est complice d’un crime contre l’humanité», a déclaré Louis-Georges Tin, actuel président du CRAN, accusant la banque d’Etat d’avoir joué «un rôle considérable dans l’esclavage».

Les faits remontent au XIXe siècle, lorsqu’Haïti acquiert son indépendance contre les troupes de Napoléon Bonaparte (1804). Or sur les plans économiques et politiques cette indépendance demeure toute théorique puisqu’environ quinze ans plus tard, la France acceptera de reconnaître la souveraineté de l’île en échange d’un tribut financier pour dédommager ses colons,  brandissant à cette fin la menace d’une invasion militaire et d’un retour à l’esclavage. De 1825 à 1946, Haïti paiera donc «des sommes équivalentes à 21 milliards de dollars» (16 milliards d’euros), selon Louis-Georges Tin, pour qui «cette rançon a précipité Haïti dans une spirale infernale d’instabilité et de misère». La CDC, institution publique financière née sous Napoléon, étant chargée de collecter ces indemnités, «selon certains historiens aurait même gardé une partie de cet argent, car beaucoup d’anciens colons n’avaient plus les titres prouvant qu’ils étaient propriétaires», indique le directeur du CRAN au journal « Le Figaro ». Il souhaite donc que cet argent soit restitué au peuple haïtien et affirme être en contact avec des associations civiles sur place. «Il pourrait par exemple servir à la création d’une fondation à Port-au-Prince pour venir en aide à la population. C’est aux Haïtiens de décider», ajoute-t-il.

1235018569597

L’action engagée s’inscrit dans une démarche plus globale, qui pourrait ensuite s’étendre à des banques privées ou des groupes sucriers. Le but, selon le CRAN: alimenter le débat.  A la Sororité Aryenne, nous pensons plutôt: alimenter les caisses « noires » avec les impôts prélevés sur le travail des Français. Naturellement, un sondage IFOP commandé par le CRAN indique que 63% des habitants des départements d’outre-mer sont favorables à des réparations, «qu’elles soient morales ou financières». «Faute de solution politique, nous menons le débat sur le plan juridique», estime Louis-Georges Tin, révélant ainsi le caractère parasitaire de son association,  tout autant que l’état d’Israël qui rançonne l’Europe avec son mensonge de la Shoah et du soi-disant « holocauste ». C’est que le CRAN calque son comportement – on n’oserait parler d’éthique – sur l’exemple du parasite juif :  créé en 2005 et regroupant 120 associations et fédérations d’associations ayant pour objectif la lutte contre les discriminations ainsi que la mémoire de l’esclavage et de la colonisation,  le CRAN tint dès 2006 son premier dîner annuel sur le modèle de… celui du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)! S’y presse chaque année, bien entendu, toute la clique politicarde française en quête du vote noir, à l’exception notable du Front National, ainsi que leur modèle : http://www.crif.org/fr/lecrifenaction/Le-Crif-au-diner-du-Cran10474  . D’ailleurs Patrick Lozès, fondateur et premier président du CRAN, ne cache pas sa sympathie pour Juda : http://patricklozes.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/03/19/7-meurtres-de-juifs-arabes-et-noir-en-10-jours-en-france.html  , après s’être signalé en demandant l’institution de quotas de Noirs dans les institutions françaises, y compris l’Armée et l’Assemblée Nationale.

lozprasq

Car il va sans dire que l’absence de représentation des Noirs dans les hautes sphères de la société ne peut en aucun cas être due à leur incapacité à y accéder, mais seulement au racisme post-colonialiste des indigènes blancs. Et en 2008 le CRAN, estimant les nouveaux migrants et leurs enfants discriminés sur le plan culturel à l’entrée dans la fonction publique en raison d’un trop haut niveau de culture générale demandé pour réussir les concours administratifs, en avait réclamé une refonte; demander aux Français de souche de s’abaisser au niveau des immigrés à peau sombre semble être la conception du CRAN de « l’enrichissement culturel par l’immigration ». Une preuve supplémentaire, si besoin en était, que les sociétés multiraciales n’apportent rien de bon à personne et surtout aux peuples-hôtes.

111

Très inspiré du parasitisme juif donc, le parasitisme noir semble avoir de beaux jours devant lui… aux dépens de la France. Car les Haïtiens dont le CRAN prétend se soucier seront certainement ravis d’apprendre qu’en 2010, la place à un dîner soi-disant consacré à Haïti et organisé par le CRAN coûtait 250€, ce qui était presque le salaire annuel d’un habitant de cette île ayant du travail… ce qui n’empêche nullement le CRAN de percevoir de mirobolantes subventions, étatiques  et autres, au même titre que SOS Racisme (579 000€ en 2009) Indigènes de la République, la LICRA, le MRAP etc… qui certes semblent insignifiantes comparées au coût annuel de l’immigration: 66,2 millions d’euros en 2013 pour l’intégration et l’accès à la nationalité française ( http://www.senat.fr/rap/l12-148-316/l12-148-3166.html  ), somme qui à son tour paraît dérisoire par rapport au coût de l’immigration clandestine : 4,6 milliards d’euros annuels … http://www.observatoiredessubventions.com/2011/le-cout-de-l-immigration-clandestine-46-milliards-par-an/ . On n’attend plus que toutes les anciennes colonies africaines de l’Europe, toujours incapables de se gérer plus d’un demi-siècle après l’indépendance, n’imitent Israël et Haïti jusqu’à ce que le temps de travail des travailleurs européens culmine à une nouvelle, extravagante et rédemptrice durée.

001
Ci-dessus : volontaires chrétiens blancs européens et américains, soucieux d’expier les péchés de leurs ancêtres, sous le joug dans le cadre de la «Lifeline Expedition» à l’initiative du Mouvement Chrétien de Réconciliation

2 réflexions sur “Le parasitisme noir de la France

  1. A reblogué ceci sur Sororité Aryenneet a ajouté:

  2. les goy-shabbat, rien de pire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :