Le consumérisme comme facteur de désubstantialisation religieuse

6

octobre 27, 2013 par Julie Couronne


par Julie Couronne

D’aucuns nous accusent, par nos incessantes attaques contre le christianisme, de faire le jeu de la société actuelle et donc d’en être, sinon des agents, à tout le moins des complices – conscientes ou non. A ceux-là nous voulons répondre que la logique simpliste de « les ennemis de nos ennemis sont nos amis » est la même qui a conduit beaucoup de « natios » à éprouver par antisionisme une inclination cordiale pour l’islam en France…

Notre opposition à l’Eglise Catholique, par exemple, est d’une substance toute différente de celle de la société de consommation. Cette dernière est de nature spirituelle : le fidèle de cette église est invité à faire l’unité dans sa vie, donc à y supprimer les contradictions. Or la société actuelle, qui veut que chaque individu soit réduit au simple rôle de consommateur, a un besoin vital qu’il soit plein de ces contradictions, car elles engendrent les frustrations qui provoquent une consommation sans fin. Notre dissentiment est d’ordre plus pratique : nul ne pourra nier que l’Eglise d’aujourd’hui, par ses actions ne faveur des immigrés, est un outil important de dissolution de l’intégrité biologique des races européennes.

Pour l’islam c’est une autre affaire, car c’est la religion majoritaire des immigrés africains et nord-africains : la société de consommation se montre donc plus tolérante à son encontre, allant même jusqu’à la défendre contre les attaques indigènes françaises, car il lui importe que ces étrangers se sentent chez eux dans notre pays. Elle a l’espoir qu’à la longue, dans le confort émollient du consumérisme occidental, les musulmans finiront par ne conserver de leur religion que l’apparence et s’adonneront mieux encore que les autochtones de longue souche aux joies de la consommation effrénée, que ni eux ni leurs proches ascendants n’ont connus dans leurs pays d’origine.

piscine

Pourtant l’islam, qui par certains aspects prône la retenue* et le détachement des biens matériels, pourrait présenter un danger mortel pour la société de consommation – ce qu’à la Sororité Aryenne nous appelons l’ascèse consumériste. Mais les ploutocrates pensent que les valeurs chrétiennes et musulmanes, en entrant en conflit, se comporteront comme les acides et les bases de la chimie : qu’elles s’annihileront mutuellement pour donner un produit neutre, malléable et utilisable à leur convenance. Pour cela il faut toutefois qu’un antagonisme soit entretenu parmi immigrés et autochtones, et c’est à cela que servent des organisations comme le MRAP et la LICRA qui multiplient les procès et les accusations en sélectionnant les plus absurdes et les plus pusillanimes, afin d’exaspérer les rapports entre ces différentes catégories de personnes; et, aussi, les médias en accordant la meilleure représentation à des trublions comme l’enturbannée criarde Houria Bouteldja, le mulâtre répugnant Yannick Noah, le sémite repoussant Marek Halter etc… dont les propos agressifs ne peuvent qu’exacerber l’inimitié, en l’alimentant soigneusement, entre les diverses composantes de la nouvelle société française multiculturelle et multiraciale. Ceci, jusqu’à désintégration réciproque et simultanée de toutes ces cultures et ethnies – à l’exception notable des pratiquants du judaïsme et de sa stricte endogamie.

moralistes

Est par ailleurs révélateur le récent phénomène des hospitalisations pour indigestion après la fin du ramadan en des pays, comme le Qatar, régis par la loi coranique mais ayant adopté la société de consommation. Nul doute que la prochaine génération supprimera ce jeûne religieux comme dangereux pour la santé publique, et ainsi de suite, jusqu’à ce que leur patrie ne soit plus guère musulmane que de nom, tout comme l’Amérique est dite chrétienne. La ploutocratie internationale ne peut voir là qu’un encouragement dans son projet de désubstantialisation des religions et des cultures, jusqu’à leur réduction à quelques éléments de décorum, par la sous-culture consumériste.

A la Sororité Aryenne nous pouvons comprendre que dans la déliquescence morale et la vacuité spirituelle de nos temps, une personne soit chrétienne ou musulmane si elle y trouve un outil pour son équilibre intérieur : après tout, cela vaut mieux que de se bourrer d’antidépresseurs, et c’est toujours ça de perdu pour les industries pharmaceutiques de la société de consommation. En revanche, nous nous opposons à tout débordement de la pratique de ces monothéismes universalistes, qui font fi des appartenances raciales, hors de la sphère strictement privée : un retour à une hiérocratie chrétienne, ou l’instauration d’une théocratie mahométane, serait une régression et l’installation d’une ère de dogmatisme néfaste et contradictoire avec l’esprit vif, curieux et affûté de l’Aryen. La désubstantialisation du christianisme ne peut donc que nous arranger, même si elle semble conforter le consumérisme, car celui-ci ne comporte aucune dimension spirituelle et laissera donc le champ libre à une métaphysique de la Race pour le remplacer dans les esprits européens.

Concernant la désubstantialisation de l’islam, notre position est moins tranchée : d’une part, il ne faudrait pas que les représentants de races anaryennes s’imaginent gagner le droit de rester en Europe en cessant d’être mahométan, que ce soit par l’abandon pur et simple ou par l’affadissement de cette religion. D’autre part, l’islam en Afrique et en Asie Mineure peut y être nécessaire car contenant les éléments coercitifs seuls susceptibles de discipliner les populations turbulentes de ces contrées. Mais surtout, ce qui se passera là-bas ne nous concernera plus dès lors que nous aurons rendu aux Européens leur psychisme aryen, fier et combatif, dépourvu de toute pitié et de toute compassion pour les malheurs de ces ethnies, et prêt à user sans remords de la technologie supérieure de l’Aryen pour les refouler ou les anéantir dès la moindre velléité migratoire pour notre continent de leur part. Plus aucune forme de colonialisme n’ayant de raison d’être, les musulmans du reste du monde auront alors tout loisir de se taper la tête contre des cailloux en direction de La Mecque ou de s’entr’étriper sans encourir le moindre risque d’intervention pacificatrice ou d’assistance sanitaire de la part des « infidèles ».

achoura

* 31. …. mangez et buvez; et ne commettez pas d’excès, car Il (Allah) n’aime pas ceux qui commettent des excès – Sourate 7 : AL-ARAF

6 réflexions sur “Le consumérisme comme facteur de désubstantialisation religieuse

  1. l’expression même de ma pensée !

  2. valdorf1944 dit :

    Chères Soeurs…
    http://www.fdesouche.com/424895-france-tareq-oubrou-un-droit-sarrache-et-ne-se-donne-pas-et-pour-sarracher-il-faut-etre-fort
    Réponse–
    La ploutocratie internationale ne peut voir là qu’un encouragement dans ce projet de désubstantialisation des religions et des cultures, jusqu’à leur réduction à quelques éléments de décorum, par la sous-culture consumériste.
    Elle a l’espoir qu’à la longue, dans le confort émollient du consumérisme occidental, les musulmans finiront par ne conserver de leur religion que l’apparence et s’adonneront mieux encore que les autochtones de longue souche aux joies de la consommation effrénée, que ni eux ni leurs proches ascendants n’ont connus dans leurs pays d’origine.
    S’’imaginer gagner le droit de rester en Europe en cessant d’être mahométan, que ce soit par l’abandon pur et simple ou par l’affadissement de cette religion, relève de la psychiatrie…
    Question–
    ( Etonnante anticipation de vos articles sur l’ actualité, de leur concordance…)
    En droit Fasciste, suis-je un plagiaire, ou un vulgarisateur besogneux et stérile, qui se sert de votre matière sans toujours vous nommez, ( quoique depuis deux jours, point ne m’ en prive, sans déclencher aucune réaction d’ hostilité) ?
    Est-ce licite selon le contexte, ou à proscrire dans tous les cas ?
    J’ ajoute que hier je fis passer, ( 4h en attente de validation), ceci–
    C’ est plutôt Achille Zavatta, qu’ Achille et Hector, la morgue en plus….
    Etre xénophobe signifie ne pas aimer l’étranger, du simple fait qu’il présente des caractéristiques d’étranger, telles que langue, coutumes etc… La xénophobie est une réaction naturelle, saine en cela qu’elle vise à la défense de la communauté, mais primaire ; la xénophobie n’est admissible que tant qu’elle n’est que méfiance, elle est alors même utile, mais devient stérile dès lors qu’elle se mue en haine irraisonnée de l’étranger. Le xénophobe, aussitôt que l’étranger abandonne les particularités qui le rendent étrange, l’accepte, et souvent fort chaleureusement; le xénophobe ne se soucie pas de race ni de racialisme, il veut être rassuré, et sitôt que l’étranger l’a fait en lui montrant qu’il partage les mêmes préoccupations que lui — la prochaine Coupe du Monde, le temps qu’il fera pour le barbecue du Dimanche, etc… — il l’intègrera naïvement à sa communauté.
    Le xénophobe se satisfait de voir l’étranger sur son sol abandonner les coutumes de ses ancêtres pour s’approprier celles de son hôte; le raciste, lui, y voit une indignité.
    Car être raciste , c’est estimer que chaque race a créé sa culture propre, que toutes ces cultures font la richesse de l’humanité, et que les mélanger serait la fin de cette diversité : le métissage anarchique tel que prôné actuellement ne vise qu’à anéantir toutes ces cultures, c’est une idéologie de haine et de destruction. Etre raciste, c’est vouloir améliorer sa race en prenant soin de soi-même physiquement, intellectuellement et spirituellement. Le racisme est une science et tout geste passionnel est donc indigne de lui :
    car être raciste, c’est respecter toutes les races — et la sienne en priorité, bien sûr — avec leurs spécificités propres, et pour leur donner la meilleure chance de se développer, veiller à ce que chacune reste dans le biotope qui l’a façonné au cours des millénaires
    En réponse à cela..
    http://www.fdesouche.com/424695-achille-mbembe-leurope-ne-formera-plus-jamais-une-societe-homogene
    Félicitations pour le plan de votre nouveau site, très fonctionnel, mais l’ on ne peut vous y joindre me semble t-il pour l’ instant…
    Dans l’ espérance de vos recommandations,
    Je vous salue, bien bas…

  3. valdorf1944 dit :

    La chrysalide aryenne de son cocon de rigueur
    D’ éclore plus parfaite et majestueuse…
    Que du bonheur!!!

  4. valdorf1944 dit :

    Soeurs …
    Ma science du lien est vieille d’ aujourd’ hui même, pardon pour les ratés…

    Santé : « concordance des races » et satisfaction des patients
    Publié le 26 octobre 2013 par Martine

    « Les études démontrent que consulter un médecin de sa propre race améliore fortement le sentiment d’être bien soigné. » [synthèse de notre lecteur Kez]

    « Plusieurs études démontrent que le diagnostic des praticiens de santé, leurs décisions thérapeutiques mais aussi leurs sentiments à l’égard des patients, sont influencés par la race ou l’origine ethnique des patients. Ces études démontrent que la concordance raciale est fortement et positivement corrélée avec la satisfaction des patients, même si elle n’est pas indispensable. […]

    Il est prouvé que la concordance raciale (i.e. lorsque le praticien de santé et le patient sont de même race ou de même origine ethnique) est correlée avec la satisfaction du patient, sa participation à la décision thérapeuthique, au suivi du traitement et à sa confiance dans le système de santé. »

    NDLR : Le passage ci-dessus est extrait d’un rapport de 2009 publié aux Etats-Unis. Ce rapport a refait surface récemment et a été cité dans de nombreux articles très récents consacrés à l’ « Obamacare » (système de sécurité sociale Obama).

    • Pour les articles récents consacrés à ce sujet : voir ici (en anglais)
    • Pour voir le rapport de 2009 du Center for American Progress, voir ici

    Le passage en anglais : Research suggests that health care providers’ diagnostic and treatment decisions, as well as their feelings about patients, are influenced by patients’ race or ethnicity.15 Several studies have shown that racial concordance is substantially and positively related to patient satisfaction, although it is not essential for patient satisfaction. […] There is… evidence that race concordance — defined as shared racial or ethnic identities between clinicians and patients — is related to patient reports of satisfaction, participatory decision making, timeliness of treatment, and trust in the health system

    Ce contenu a été publié dans Communautarisme, En bref, Multiculturalisme, Société par Martine, et marqué avec médecine, Origine ethnique, Race, Santé. Mettez-le en favori avec son permalien.
    Commentaires mis en avant (1)

    16
    valdorf44 a écrit le 26 octobre 2013 à 15 h 49 min

    Le regretté professeur John Philippe Rushton, décédé le 2 Octobre de cette année, avait dans son essai de 1995 « Race, Evolution and Behavior » …
    Cet extrait vôtre fut mis en avant pas plus tard qu’ hier sur F.D.S, et rendu à César comme indiqué plus haut…
    Remerciements pour l’ immensité et la hardiesse de vos travaux.

  5. valdorf1944 dit :

    http://twitter.com/search?q=http%3A%2F%2Fwww.fdesouche.com%2F424219-sante-et-concordance-des-races-la-phrase-du-jour
    Le regretté professeur John Philippe Rushton, décédé le 2 Octobre de cette année, avait dans son essai de 1995 « Race, Evolution and Behavior » démontré que l’altruisme a une base génétique, en ce sens que les êtres humains sont plus altruistes avec ceux qui leur sont génétiquement proches, et moins – voire ouvertement hostiles – avec ceux qui leur sont génétiquement éloignés. L’une des idées fondamentales de la biopsychologie est que les gens sont réputés aider leurs proches parce qu’ils possèdent des gènes similaires, et étend cette conception à des personnes n’ayant pas de lien de parenté mais partageant la même histoire raciale, le même inconscient collectif, donc une partie des mêmes schémas synaptiques. Cette théorie de la similarité génétique implique donc qu’une personne aura des relations plus amicales avec ceux qui lui sont mentalement plus apparentés, et a des implications déterminantes pour la compréhension de la coopération et la cohésion des individus nécessaire à la bonne marche d’une nation : elle permet notamment de comprendre les taux effarants de délinquance propres aux sociétés multiraciales imposés depuis l’après-guerre aux pays de souche raciale blanche.
    MARTINE…
    Je profite de cette mise en avant pour en honorer la véritable auteur,
    Brigit Trismegiste,( https://aryansisterhood.wordpress.com/2012/11/11/biopsychologie-des-societes-multiculturelles/,).
    Pardon de ne pas l’ avoir fait plus tôt, à l’ une et à l’ autre, servir de pont étant ma seule ambition, entre des forces de mêmes origines contre des dangers communs, ouvrir de nouveaux espaces
    d’ échanges et de confrontations intellectuelles, est plus que jamais nécessaire…
    L’ étymologie du mot –métis–,– métissage–,-(-mauvais tissage)– en est un exemple, puisque vous la jugiez fantaisiste, il y a quelques mois…Elle était extraite de cet article,:(https://aryansisterhood.wordpress.com/2012/09/19/les-dangers-du-metissage/).
    Relayant votre scepticisme il devint ceci,
    ( https://aryansisterhood.wordpress.com/2013/06/29/analyse-plerematique-du-vocable-metis/)…
    Merci de votre attention.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :