La mystification actualiste

10

février 6, 2014 par Leyla de Aragón


par Leyla de Aragón

Une réaction récurrente de nos contemporains, lorsqu’ils sont indignés de telle mesure gouvernementale ou de tel changement social, est de l’accepter dès lors qu’une loi a été votée à son sujet, ou qu’un assez grand pourcentage de personnes s’y sont abandonnées. L’acerbité d’hier se mue en assentiment étayé par des formules toutes faites et répétées à l’envi, telles que « Les choses évoluent », « De toutes façons la loi est passée », « Il faut vivre avec son temps » etc… A les entendre, le simple fait qu’un évènement ait eu lieu suffit à lui conférer une irrévocable légitimité; j’ai alors parfois envie de leur asséner une solide paire de gifles, pour voir s’ils y trouveront un bien-fondé du seul fait de l’avoir reçue… ils ont tendance à considérer l’Histoire comme une entité autonome qui suivrait un cours prédéterminé auquel les hommes n’auraient qu’à s’abandonner, comme si c’était l’Histoire qui faisait les hommes, alors que ce sont des hommes qui font l’Histoire. Le tout récent recul du gouvernement français sur les lois visant à légaliser la gestation pour autrui (GPA) et la procréation médicalement assistée (PMA) en est, au-delà de toute considération morale ou politique, un éclatant exemple.¹

De surcroît, ce prétendu « sens de l’histoire » est selon eux nécessairement une évolution, et ceux qui s’y opposent des rétrogrades, des insensés voulant nager à contre-courant dans le fleuve d’Héraclite. Qu’un évènement se soit produit, non seulement le justifie, mais de surcroît lui décerne une valeur positive puisqu’il va dans le sens de « l’évolution »; si ces gens trouvaient un soir leur domicile dévasté par des vandales, je me demande s’ils verraient là une « évolution » vers un nouvelle décoration d’intérieur pour justifier cette modification de leur cadre de vie…

D’ailleurs le terme même d' »évolution » est inapproprié, car il suppose un passage du plus simple vers le plus complexe, vers le plus varié. Or, sur le plan alimentaire par exemple, les décisions de Bruxelles visent toujours à une standardisation par éradication des particularismes provinciaux ; sur le plan biologique, l’idéologie du métissage tend à l’instauration d’une « race humaine » unique par mélange des races existantes. C’est donc plutôt d’une involution qu’il faut parler puisque lorsqu’on considère les changements à l’œuvre depuis ces dernières décennies, on y voit plutôt un appauvrissement qualitatif.

Bien entendu, et ainsi que je l’ai démontré dans ce mien précédent texte, rien de tout cela n’est naturel ni irrémédiable, mais bien la résultante de volontés ne se révélant jamais au grand jour mais parfaitement conscientes, ordonnées et sans relâche agissantes. Ce sont ces forces – ces « francs-maçonneries » de ploutocrates apatrides – qui entretiennent cette mystification actualiste comme quoi certaines idées doivent être frappées de péremption au fur et à mesure que l’histoire se déroule. Or rien n’est plus faux : ce sont les formes sous lesquelles ces idées se manifestent qui se périment, mais non les valeurs qu’elles représentent. Il n’y a pas de valeurs « actuelles » ou « dépassées », il y a des manières modernes ou obsolètes de les présenter et de les faire vivre. En revanche il y a de bonnes et de mauvaises valeurs, quel que soit l’habit dont on les pare, et dans ces dernières il y a le consumérisme, le métissage. Il convient de rompre avec certaines représentations des bonnes valeurs, qui les font mal comprendre des masses, mais non avec ces valeurs elles-même. En clair, en un temps où l’ennemi se présente comme libérateur des sens et rédempteur des esprits, ce n’est pas en agitant des drapeaux nazis ou des crucifix qu’on va convaincre nos contemporains qu’ils sont floués, mais bien en combattant le rival sur son propre terrain, en le prenant à son propre jeu, avec ses propres armes.

Notre action culturelle pourrait dès lors de définir ainsi: rupture dans la continuité. Métaphoriquement, elle se peut comparer aux choix constitutifs de sa personnalité que fait une personne à son entrée dans l’âge adulte, dans le prolongement de son enfance et de son adolescence, mais en rompant avec la psychologie et les comportements propres à ces âges dorénavant révolus. Si ces premières années d’adulte se déroulent d’une façon qui ne satisfait pas la personne, c’est qu’il y a conflit entre le caractère qu’elle a pour partie acquis lors des deux phases précédentes²; il convient donc d’en tenir compte pour procéder aux rectifications nécessaires, mais certainement pas de revenir à la psychologie et les comportements des âges précédents. Transposé au niveau des peuples européens, on peut dire que nos paganismes furent leurs enfances, et le christianisme leurs adolescences. Nous sommes depuis 1945 entrés dans une troisième phase. Le moins qu’on puisse dire est que le devenir des peuples blancs européens a besoin d’une correction de sa direction, mais en aucune façon d’un retour aux ères chrétienne ou pré-chrétienne – et cette modification doit se faire en rompant avec le passé mais sans en renier aucun aspect.

Les qualités principales de l’Européen blanc, de l’Aryen* donc, sont : la curiosité constructive, le génie créatif, la générosité confiante et la fantaisie sexuelle. Le christianisme, en abolissant l’esclavage et en désacralisant la nature, a permis au second de se développer sous la forme d’une technologie hors pair, laquelle a à son tour fait faire à la première des découvertes tout aussi inégalées. Mais le même christianisme, par le truchement de l’Eglise Catholique Romaine et encore plus de l’Orthodoxe, longtemps a freiné certaines découvertes scientifiques dans la crainte qu’elles ridiculisent leurs Saintes Ecritures. On peut dire, dans ce cas précis, que deux maux s’annihilèrent pour faire un bien, car depuis la disparition de la tutelle morale catholique cette technologie a fini par mettre son créateur à son service : dans nos sociétés consuméristes, ce n’est plus le progrès qui est au service de l’homme, mais l’inverse.

La troisième qualité, la générosité confiante, est à la fois la grandeur et la faiblesse de l’Aryen, et les races sémites ne laissent pas d’en profiter; il en va de même pour la quatrième, que les juifs lui jalousent et ont essayé de retourner contre lui via le christianisme, puis la pornographie – qui ne prospère que parce que le poison judéo-chrétien a fait assimiler la sexualité à un péché aux psychés aryennes. Ces deux dernières qualités devront donc être tempérées par un racisme hautain et élitiste, qui servira également à rectifier la déviance progressiste dénoncée plus haut, car pour un raciste, dans les découvertes scientifiques l’aspect spirituel est plus important que leurs applications matérielles. « Nosce te ipsum« ³ était-il gravé sur le fronton du sanctuaire panhellénique de Delphes, et depuis Epicure nous savons que l’équilibre psychique s’acquiert par la connaissance qui apaise l’inquiétude existentielle. Exalter en soi, et s’efforcer de hisser à leur plus haut degré, les potentialités uniques de sa race constitue pour le raciste tant le but que l’explication de sa présence dans le monde. Qui donne un sens à sa vie uniquement par le travail, sans discernement, a une mentalité d’esclave – quel que soit le poste qu’il occupe par ailleurs dans la société. Utiliser ses facultés intellectuelles au seul assouvissement des besoins matériels et à l’accumulation se présente comme une régression vers l’animalité. Et ce, au degré le plus bas, puisque les mammifères évolués ont le sens de la protection de leur progéniture, ce qui fait défaut à de plus en plus de nos contemporains, trop occupés à satisfaire l’éternelle enfance qu’est leur existence d’adulte.


* Le vocable aryen désigne avant tout une réalité linguistique ( voir http://sororite-aryenne.com/psycholinguistique-des-races/ ) . On entend donc par “races aryennes” les matérialités biologiques que sont les races alpines, est-baltique, dinarique, nordique et méditerranéenne (dont le bon Dr Goebbels était un éminent représentant) , rameaux de la grand’race blanche qui en comporte d’autres ( voir http://sororite-aryenne.com/les-races-humaines/) . La France, ayant été jusqu’à un passé récent peuplée par les races alpines, nordiques et méditerranéennes, est donc une terre aryenne.

¹ Texte rédigé le 4 Février 2014

² L’autre partie venant, bien sûr, de son hérédité biologique raciale

³ « Connais toi toi-même »

10 réflexions sur “La mystification actualiste

  1. A reblogué ceci sur Sororité Aryenneet a ajouté:

    « Le fléchissement intellectuel survient précisément lorsqu’on reconnaît à ce qui est le caractère de ce qui doit être (…) l’exemple vient aujourd’hui d’en haut, de l’Eglise Catholique elle-même, qui serait selon certains la plus grande autorité spirituelle positive de l’Occident. L’Eglise justement, en acceptant le « sens de l’histoire », cherche à se mettre au goût du jour, à emboîter le pas, à s’ouvrir sur sa gauche. C’est un phénomène auquel le jésuite moderniste Teilhard de Chardin avait préparé le terrain en forgeant une doctrine pouvant servir de cadre théorique. Teilhard a traduit plus ou moins l’idée chrétienne d’une direction providentielle du cours de l’histoire sous la forme d’un évolutionnisme progressiste et linéaire (…) »Julius Evola, « L’arc et la massue », chapitre XIV

  2. A reblogué ceci sur Leyla de Aragónet a ajouté:

    « Le fléchissement intellectuel survient précisément lorsqu’on reconnaît à ce qui est le caractère de ce qui doit être (…) l’exemple vient aujourd’hui d’en haut, de l’Eglise Catholique elle-même, qui serait selon certains la plus grande autorité spirituelle positive de l’Occident. L’Eglise justement, en acceptant le « sens de l’histoire », cherche à se mettre au goût du jour, à emboîter le pas, à s’ouvrir sur sa gauche. C’est un phénomène auquel le jésuite moderniste Teilhard de Chardin avait préparé le terrain en forgeant une doctrine pouvant servir de cadre théorique. Teilhard a traduit plus ou moins l’idée chrétienne d’une direction providentielle du cours de l’histoire sous la forme d’un évolutionnisme progressiste et linéaire (…) »Julius Evola, « L’arc et la massue », chapitre XIV

  3. saturnin77 dit :

    La GPA c’est le mariage en fait.. c’est dans le code napoléon « l’enfant appartient au père et non à la mère comme le fruit appartient au propriétaire de l’arbre fruitier et non à l’arbre lui même »
    Les aryens sont asiatiques, encore aujourd’hui on les trouve en iran, en inde, au pakistan, en afghanistan, au turkmenistan et même en chine (ouighours, blonds aux yeux bleux de chine, convertis de force à l’islam

    Lisez Dumézil, enfin vous devez connaitre🙂

    • Ceux qui restent là-bas sont les résidus métissés des grandes civilisation aryennes initiés par les peuples hyperboréens entre les sixième et troisième millénaires av J-C (lire http://sororite-aryenne.com/origine-specifiquement-aryenne-des-civilisations-neolithiques/ )

      • saturnin77 dit :

        mh mh merci de l’échange; nous sommes aussi métissés qu’eux;
        Il ne faut pas confondre peuples nordiques et aryens, la couleur de peau ce n’est que la mélanogenèse, un arabo-berbère marocain devient plus blanc que nous si il vit 20 ans en norvège.
        c’est génétique, et surtout mental (comme le juif, qui ethniquement peut se rapprocher de l’aryen (ashkénaze) mais qui représente le conditionnement mental judaïque, une secte, une doctrine, un mentalité. l’aryen est ambitieux, pragmatique et prédateur de naissance. Les grands hommes chinois étaient thokariens, donc indo-aryens, le bouddha shakyamuni aussi.
        Selon Mme Gange, ils ont colonisées les premiers peuples mégalitiques d’europe(matriarcaux; mais eux même étaient matriarcaux dans les âges avancées, scythes,amazones) On peut les suivre en lisant Dumézil
        Bien, je vais lire ça🙂

      • Il ne faut pas confondre peuples nordiques et aryens,

        Commence en effet par nous lire avant de vouloir nous apprendre des choses.

      • saturnin77 dit :

        il nfaut pas confondre les peuples nordiques(esquimaux par exemple) et aryens. la race blanche c’est un concept primaire de WASP frustré, rien à voir avec les aryens, les identitaires et racialistes blancs sont risibles parfois.

      • A qui t’adresses-tu? Si tu lis https://aryansisterhood.wordpress.com/2012/09/19/les-races-humaines/ tu verras que les esquimaux sont répertoriés dans la grand’race jaune. Dernier commentaire aberrant accepté.

      • aryanbrother14 dit :

        Je trouve cet article réellement intéressant, mais concernant l’échelle des races, et la consanguinité tel que sur le graph suivant :http://unavailable.service.free.fr/photos/DC_290042.jpg

        que pourriez vous rajouter ?

      • Pour l’instant je me contenterai de rajouter que lorsque tu mettras un url d’image valide, je pourrais me pencher sur la question…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :