La famille fasciste raciste

11

novembre 26, 2014 par Leyla de Aragón


par Leyla de Aragón

 

La sexualité est le fondement de chaque race, puisqu’elle conditionne leur reproduction. La famille est le noyau de base biologique de chaque nation, puisqu’elle reproduit en microcosme la structure sociale de celle-ci; à ce titre, elle doit être préservée et chaque mariage visé par un Office Raciologique afin de préserver l’endogénéité raciale de la nation. La stabilité familiale, garante de l’équilibre psychologique de l’enfant, devra donc être une préoccupation permanente de l’Etat fasciste raciste; et à cette fin, l’amalgame entre fidélité conjugale et fidélité sexuelle doit être brisé, et le sexe conjugal, à fin reproductive, dissocié du sexe libidinal, à fins récréatives.

Certes chez certains couples il pourra coïncider, et ce sera tant mieux pour eux, mais ça ne doit plus être un impératif. Car génétiquement, la femelle est conçue pour refuser la saillie dès lors qu’elle a mis bas, alors que le mâle est programmé pour ensemencer le plus de femelles possibles : ces deux comportements visent à sauvegarder la perpétuité de l’espèce. Chez l’homme civilisé, ils existent encore, et les nier ou les réprimer n’est pas une solution. Avoir des « aventures » sexuelles avec une autre personne que l’épouse ou l’époux ne doit plus être considéré comme plus dramatique que d’aller boire un verre avec des copines ou des copains. La liberté sexuelle devra donc être, dans l’Etat fasciste raciste, un droit imprescriptible et inaliénable pour chacune et chacun. C’est à ce prix que le famille fasciste raciste acquerra stabilité et durabilité.

Le mariage doit être vu comme un contrat visant à assurer la pérennité de la race, et la famille comme le creuset où l’enfant se ressourcera tout au long des péripéties de son enfance et de son adolescence. Pour être durable, un mariage a plus besoin d’estime réciproque entre l’homme et la femme que d’amour ou d’attirance sexuelle. Deux personnes qui se marient ne doivent donc pas le faire par sentiment mutuel, ou tout du moins pas seulement, mais avoir pour souci premier et objectif fondamental la continuité de leur race. Se marier par amour aveugle avec un dégénéré ou un allogène est une preuve d’égoïsme et de mépris de sa descendance, et doit être considéré comme une forfaiture et une traîtrise à la race.

Le concept de Lignée sera l’idée-maîtresse de la famille fasciste raciste, en tant que notion à la fois biologique, sociale et mémorielle. Le sentiment d’appartenir à une Lignée fera naître la conscience raciale chez l’enfant et aidera à la maturation psychologique de l’adolescent en lui fournissant une assise solide dans le temps et l’espace. Parvenu à l’âge adulte où il va devoir la perpétuer, tout naturellement il aura le métissage en répugnance, ce qui sera la meilleure garantie de l’homogénéité raciale de la Nation, et de sa continuité historique. La Lignée est le lieu premier de la transmission civilisationnelle. Perpétuer la Lignée en fondant une Famille, tel doit être la seule et unique vocation du mariage fasciste raciste, et non pas concrétiser une amourette adolescente. Ce n’est que dans cette optique que le divorce deviendra un évènement rarissime et exceptionnel, sans qu’il y ait besoin de l’interdire ou le supprimer.

Les juifs de l’Ecole de Francfort, dans leur perfide obsession de détruire les réflexes structurants des sociétés occidentales, présentèrent la famille comme lieu d’oppression premier, et en déduisirent tout naturellement qu’il fallait la détruire. La question intéressante à se poser, c’est pourquoi cette théorie a si bien pris dans les années 60 et 70. La réponse est que beaucoup de familles étaient réellement des lieux d’oppression, non pas dans l’idée de donner à l’enfant une autodiscipline propre à en faire un adulte responsable et volontaire, mais d’assoir mesquinement l’autorité parentale pour elle-même. Dans beaucoup de familles, l’un des parents exerçait sur sa parentèle un caporalisme arbitraire sans autre but que sa satisfaction perfide, misérable prépotence qui souvent ne lui servait qu’à compenser le sentiment d’infériorité qu’il pouvait éprouver à l’extérieur. Bien évidemment des enfants élevés selon une aussi consternante méthode ne donnent fréquemment que des adultes renfermés ou bornés, tourmentés ou perturbés, sans grande valeur spirituelle.

Il y a donc quelque chose de valable dans ces structures apparues lors des décennies suivantes, où l’enfant peut se confier à autrui si son milieu familial génère un malaise, et grâce auxquelles des solutions concertantes peuvent être trouvées. Ces structures métascolaires devront donc être conservées, mais bien évidemment en en changeant radicalement la substance: il n’y sera plus inculqué l’égalitarisme, l’antiracisme ni l’indifférenciation; Il n’y sera plus enseigné l’amour universel, mais la fierté individuelle: la fierté d’être une fille, la fierté d’être un garçon, et par-dessus tout la fierté d’appartenir à la race blanche.

Contrairement à ce qui s’est trop longtemps passé lors des derniers siècles et millénaires, l’Etat Nouveau devra donc avoir des représentants à l’écoute de l’enfant, et considérera comme un devoir et un droit une certaine ingérence dans la Famille si celle-ci vient à faillir à sa tâche, tant par laxisme que par despotisme. Car l’histoire de la Seconde Renaissance Européenne, et plus encore celle de l’Amérique des pionniers, l’Amérique blanche anglo-germanique, nous prouve que le Blanc nécessite d’une certaine latitude individualiste pour donner la pleine mesure de sa valeur. Ce dont a besoin la nation raciste, ce sont des enfants et des adolescents devenant des femmes et des hommes disciplinés mais pas soumis, énergiques mais sans emportement désordonné, volontaires mais pas têtus, imaginatifs sans être rêveurs, orgueilleux sans être présomptueux. La formation de telles générations sera la mission de la famille fasciste raciste, car les races blanches européennes sont les seules à être en constante évolution, et à ressentir au plus profond d’elles-même l’impérieux besoin de sans cesse se dépasser. Elles ne doivent donc pas être spirituellement immobilisées au nom d’une quelconque « tradition primordiale » selon laquelle tout et chacun devrait immuablement rester à une place prédéfinie. Pour un chef d’Etat comme pour des parents, l’autorité ne doit pas être une fin en soi – car alors elle devient paralysante – ni un outil pour flatter son ego, mais un dispositif visant à provoquer puis à articuler l’épanouissement des potentialités de l’administré: le peuple, l’enfant.

 

Il ne sera toutefois nullement question que l’Etat se substitue à la famille – comme le font les « états démocratiques » qui encouragent et subventionnent les mesures propres à détruire la famille pour que leurs écoles aient la partie plus aisée dans l’endoctrinement des enfants.  L’Etat fasciste raciste devra seulement s’assurer que la famille est digne de ce nom pour assurer sa mission fasciste raciste; il conviendra, par exemple, qu’au moins un des parents se dévoue entièrement et exclusivement à cette tâche, et pour cela qu’il ne travaille pas. Indemnités et contrôles devront donc être mis en exercice à cette fin.

2040 2039

(Article connexe : https://aryansisterhood.wordpress.com/2012/09/21/doctrine-educationnelle-du-fascisme/ )

11 réflexions sur “La famille fasciste raciste

  1. Charles dit :

    J’aurais voulu être un aryen mais je suis métis a la libération que est ce que je risque vis à vis de vous ? les femmes aryennes sont belles😉

  2. Bonjour à vous, mes soeurs aryennes! J’ai bien lu votre Doctrine éducationnelle du fascisme
    par Leyla de Aragón. Mais voilà, je ne suis, pour cette fois, pas du tout d’accord avec vous!
    Mon problème dans votre élaboration, dans votre analyse est que vous semblez faire totale abstraction du fait que l’être humain, homme ou femme, est en premier lieu un esprit éternel, incarné pour un temps dans un corps humain, un corps physique, pour faire, dans la matière dense, l’expérience de lui-même, le but de cela étant l’acquisition d’une conscience personnelle! Ce n’est qu’une toute petite partie de la vie éternelle de l’esprit, laquelle se déroule dans des mondes qui sont au-delà de nos facultés de perceptions physiques.

    Or, un peu à la manière de Huxley, vous faites de l’être humain une sorte de machine.

    Je ne nie pas qu’il existe actuellement bien plus d’individus grégaires sur notre planète que d’êtres pleinement conscients d’eux-même, et de ce qui se passe dans ce bas monde.

    Donc en résumé, si j’approuve bien des points de votre vision du monde futur, par contre, je ne pense pas du tout que l’éducation sexuelle soit à mettre en premier lieu. Le but principal du séjour terrestre n’étant pas la reproduction de l’espèce, mais bien la prise de conscience de son « être spirituel ». Celui de la reproduction de vient qu’au deuxième rang.

    Je n’aime pas non plus la manière dont vous définissez l’homme, dans votre texte. Même si, pour d’autres raisons que vous, je pense que spirituellement, la femme est au dessus de l’homme car elle est plus intuitive et donc plus à même de percevoir ce qui vient des mondes subtils, donc non matériels.

    Je vous recommande la lecture de l’ouvrage d’Abd-ru-Shin « dans la Lumière de la Vérité », vous pourrez y voir que vous êtes dans le juste pour bien des choses, mais que vous avez encore bien du chemin à faire.

    Sinon, politiquement et sur bien des points, je suis avec vous!

    Mais bon, faut-il prendre votre texte au deuxième degré?
    Fraternellement
    nimok

  3. Alex le vert dit :

    Le simple et unique fait ancestrale que chaque humain est mélangé entre son père et sa mère, donc issu de deux généalogies humaines différentes qui dépassent l’hallucination des nations devenues une réalité bien moins ancestrale que le fait que.. je répète: chaque humain est métissé entre son père et sa mère et il est impossible de faire autrement. C’est une réalité anthropologique. Dans la logique de ce texte il faudrait faire des enfants au plus prêt de sa sœur ce qui ne me paraît pas être une solution pour émanciper l’humain mais bon… Je sais même pas pourquoi je prends le soin de préciser ces évidences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :