Erotisme idéologique du fascisme

Poster un commentaire

avril 30, 2015 par Julie Couronne


Sororité Aryenne

par Julie Couronne

Sigmund Freud, qui comme chacun le sait était juif, ramenait tout l’éros à la sexualité ; Carl-Gustav Jung, qui était aryen – donc d’un intellect plus délié, moins monobasique – pensait que l’éros n’est pas que la sexualité, mais qu’elle lui donnait un sens (ce qui n’est pas la même chose qu’un but, soit dit en passant : on n’est pas des animaux !) Et si, effectivement, le conscient de l’être humain a une contrepartie nommée inconscient, pour l’homme ou la femme ils sont différents et laissent déceler une indubitable complémentarité entre les deux : le conscient de l’homme est plutôt caractérisé par une nature discriminative et cognitive que Jung appelle logos, alors que celui de la femme se distingue par une nature liante, une aptitude à la relation, l’éros. Logos et éros, comme outils conceptuels, décrivent simplement le fait que chez l’homme, la fonction de relation…

Voir l’article original 502 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :