La décadence de l’art monumental

Poster un commentaire

janvier 29, 2016 par Sororité Aryenne


Sororité Aryenne

par Brigid Trismegiste

Nos grandes villes d’aujourd’hui ne possèdent aucun monument se détachant de l’aspect général de la cité et pouvant être désigné comme le symbole de toute une époque. Dans les villes du Moyen-Age, les maisons d’habitation se serraient les unes contre les autres autour de l’église, et s’y adossaient même, créant ainsi un contraste architectural symbolique : les parties saillantes de l’église étaient verticales, suggérant une verticalité ancrée dans le temps et l’élévation vers Dieu, alors que celles des maisons particulières étaient horizontales, évoquant l’horizontalité du monde profane éparpillé dans l’espace.

Ci-dessus, la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, et ci-dessous, une des maisons l’encerclant

Les villes antiques possédaient toutes un monument de leur gloire, caractéristique de la cité d’alors, appartenant à la collectivité et destiné à entretenir sa fierté nationale, ethnique ou raciale : non pas à proclamer la richesse de groupes financiers, comme les tours de la Défense…

View original post 1 363 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :