Le celtisme vaginocratique, avenir des races aryennes

Poster un commentaire

mai 30, 2016 par Brigid Trismegiste


Dans son livre « Rassenkunde des deutschen Volkes », l’anthropologue du III°Reich Hans Friedrich Karl Günther (1891-1968) démontre que les Celtes véhiculaient des idéaux matriarcaux, les mœurs matriarcales impliquant que les enfants appartenaient seulement à leur mère et que le père, en coutume et en droit, n’avait aucune place comparable à celle qu’il occupe dans les sociétés régies par l’esprit judéo-chrétien ou coranique. La femme se pouvait lier à l’homme qu’elle choisissait puis se séparer de lui, seul important le sentiment d’appartenance entre les enfants nés d’une même mère. Cette liberté de choix endoraciale était la meilleure barrière mentale contre la tentation d’aller chercher un homme en-dehors de sa caste ou de sa race : pourquoi l’aurait-elle fait alors qu’elle pouvait avoir tous les hommes qu’elle voulair dans son entourage? En revanche le patriarcat, avec son obligation de chasteté imposé au seul sexe féminin, encourage à la tromperie, à la duplicité et, encore plus grave, à la sexualité interraciale à une époque où la contraception n’existait pas.

Sororité Aryenne

par Brigid Trismegiste

L’Hyperborée originelle était une société matriarcale, où les femmes dirigeaient les clans, avaient une multitude de maris itinérants mais gardaient leurs enfants qui étaient élevés par leurs frères (les oncles desdits enfants) car il était alors reconnu que la Femme, source de Vie, etait seule en mesure de diriger harmonieusement une société. Ceci a été prouvé par le philologue allemand Ernst Bergmann, fervent partisan du national-socialisme « suicidé » par les Alliés en 1945 , qui avait suggéré  Adolf Hitler comme nouveau Messie,  le svastika allemand en remplacement de  la croix chrétienne , et dont l’ouvrage avait été mise à l’index Librorum Prohibitorum par Rome en 1937. Toutes les misères du monde actuel viennent de ce que cette sagesse millénaire a été oubliée.

C’est lors de la parution de l’ouvrage de J-J Bachofen « Das Mutterrecht » (Bâle, 1897) que fut abordé le thème des natures religieuse et juridique gynocratique de…

View original post 2 461 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :