Le vétérotestamentarisme dans l’idéologie américaine

Poster un commentaire

juillet 27, 2016 par Leyla de Aragón


par Leyla de Aragón

C’est en 1845 que le journaliste new-yorkais John L. O’Sullivan, défenseur de l’abolition de la peine de mort et d’autres réformes telles que les droits des femmes et des travailleurs, publia un article appelé à passer à la postérité et à devenir un des fondements de l’idéologie américaine par cette phrase : « C’est notre destinée manifeste de nous déployer sur le continent confié par la Providence pour le libre développement de notre grandissante multitude », qui entérinait le caractère de droit divin des actions futures des Américains. Aujourd’hui plus que jamais, étant devenu la plus grande puissance économique du monde, l’Amérique réaffirme sans cesse ce messianisme, certes sécularisé, mais qui puise ses racines dans la certitude d’une mission à remplir.

La représentation allégorique la plus connue de cette idéolgie alors à ses débuts est cette peinture de John Gast, datant de 1872 et nommée « American Progress » : Manifest Destiny
On remarquera avant tout le caractère à la fois païen et rationaliste de cette image : ce n’est pas un archange ou le Christ qui mène les colons à l’assaut du continent, mais une déesse portant sous le bras droit un livre scolaire symbolisant l’éducation — on pense aussitôt au « Culte de la raison » des révolutionnaires français de 1789 — et tire du bras gauche le fil du télégraphe, ce qui évoque au culte du progrès de l’idéologie des Lumières : il y a du franc-maçonnisme déiste dans cette illustration. Cependant fuient devant ces nouveaux arrivants Amérindiens et bisons mêlés, soit la population et la faune américaine originelle : là en revanche on est en plein biblisme vétérotestamentaire, dans le lignée de l’injonction de Dieu dans Samuel 15:3 « Mets à mort tous les êtres vivants, hommes et femmes, enfants et bébés, boeufs et moutons, chameaux et ânes » Car si l’hsitoire humaine abonde en massacres, déportations et exterminations de tribus et peuples entiers par leurs vainqueurs, il n’y a que dans la Bible qu’on trouve la volonté d’exterminer également les animaux du pays conquis! Or c’est ce qui se produisit en Amérique, où les bisons furent délibérément exterminés pour être remplacés par des animaux européens : boeufs, moutons, etc…

Massacre bisons
Dans son roman « Colorado » paru en 1974, l’écrivain américain James A. Michener décrit les causes du déplacement incessant des tribus indiennes par les Blancs : au fur et à mesure que survenaient des nouveaux migrants de pays européens différents, leurs exigences changeaient. Des Allemands élevant des boeufs voulaient les terres à hautes herbes, on mettait donc les Indiens dans des terres à herbe courte; ensuite venaient des Anglais avec des moutons alors on repoussait encore les Indiens dans un endroit terreux… jusqu’à ce que débarquent les Irlandais planteurs de patates qui avaient précisément besoin de ce genre de place pour cultiver, et les Indiens étaient encore déplacés… Ce que ne note pas Michener, c’est la surprenante ressemblance de cette succession d’épisodes avec le plan biblique exposé dans Exode 23:29-32 « (…) je ne ferai pas fuir tous ces peuples devant vous la même année ; s’il en était ainsi, le pays deviendrait un désert où les bêtes sauvages se multiplieraient à vos dépens. Je chasserai vos ennemis peu à peu, au fur et à mesure que vous deviendrez plus nombreux et que vous occuperez le pays. Finalement votre territoire s’étendra (…) car je livrerai en votre pouvoir les habitants de ces régions, afin que vous les chassiez. Vous ne conclurez aucune alliance avec eux (…) » Effectivement les traités signés entre les présidents américains et les chefs indiens ne furent jamais pris au sérieux par les Blancs qui les considéraient comme frappés de caducité dès le remplacement de leur signataire suite à de nouvelles élections présidentielles.

Le protestantisme américain, dérivé du calvinisme, est bien différent du protestantisme luthérien : celui-ci confère à ses fidèles la responsabilité morale de leurs actions, alors que les calvinistes, tout comme les musulmans, l’attribuent à Dieu. La doctrine inventé par Calvin de la double prédestination affirmant que tout est écrit et que c’est Dieu seul qui donne la grâce, le calviniste en déduit que tout ce qui arrive devait arriver, donc que tout ce qu’il fait est la volonté de Dieu. Le musulman ne pense pas différemment : le décret divin (al qadâ°) et la prédestination (al qadar) sont définis respectivement comme « la détermination par Allâh de comment vont être les choses, dans la pré-éternité, par Sa Volonté et conformément à Sa Science » et « ce qu’Allâh fait naître par Sa Puissance et ce que Sa Volonté détermine ». D’où les massacres perpétrés gaiement par les uns et les autres au nom d’un dieu « très puissant et très miséricordieux ». A côté de celà, l’Eglise Catholique Romaine a tout au long du Moyen-Âge règlementé les guerres entre nations européennes pour qu’elles soient le moins meurtrières possibles : elles n’étaient autorisées que six mois par an, seuls les nobles avaient le droit de porter des armes… il a fallu que les conflits deviennent religieux (Croisades, guerres de Religion) donc idéologiques, pour que les massacres de civils reprennent; la conscription obligatoire instaurée après 1789 a donné encore plus d’ampleur au phénomène. Les pertes humaines en connurent un tel accroissement que la guerre ne put dès lors plus être considérée comme un moyen de régler les conflits entre pays, alors qu’elle pouvait l’être à l’époque où elle était légalement limitée dans le temps et dans le nombre de belligérants. Wilhelm_II_und_Franz_JosefElle en fut criminalisée et le procès inique fait en 1919 à Guillaume II, accusé d’« offense suprême contre la morale internationale et l’autorité sacrée des traités » alors que c’était la Russie tsariste qui avait mobilisé en premier suite à l’assassinat d’un Autrichien par un Serbe, découlait directement du Traité de Versailles concocté par le président américain Woodrow Wilson, fils d’un pasteur de l’église presbytérienne… or dans le presbytérianisme, apparu pour la première fois avec Calvin à Genève, tous les fidèles sont prêtres (principe du sacerdoce universel*) appelés qu’ils sont par Dieu à des ministères ecclésiastiques différents pour la direction matérielle et spirituelle du monde : on retrouve là l’idéologie messianique de la « destinée manifeste » américaine, où chaque soldat devient un envoyé de Dieu chargé d’établir le règne du Bien sur terre. De là, tout naturellement, pour l’Américain le soldat ennemi n’est plus un simple adversaire défendant des intérêts aussi valables que les siens, mais l’incarnation du Mal : il s’en trouve déshumanisé et voué à l’extermination. De même qu’en Amérique le riche est l’élu de Dieu et donc le pauvre son réprouvé, partout où triomphe le soldat américain le vaincu l’a été par la volonté divine et doit être sacrifié : s’identifiant aux Israélites de l’Ancien Testament, le militaire américain croit subconsciemment que ses victoires sont un don de Yahvé, et que donc comme dans la Bible les captifs doivent être sacrifiés à ce dieu qui lui a donné la victoire. C’est donc obscurément « pour la plus grande gloire de Dieu » que furent perpétrées les exactions sur les populations allemandes, asiatiques et irakiennes par l’armée américaine. Et tant que cette mentalité vétérotestamentaire prévaudra, les Américains persisteront aveuglément dans cette voie.


* lequel proclame l’égalité de tous les baptisés dans la mission évangélique, ce qui explique l’obsession démocratique égalitaire et universaliste des protestants de tout ramage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :