Evènements de Bobigny : et après?

1

février 12, 2017 par Leyla de Aragón


Il convient, pour se faire bien comprendre des délinquants et s’assurer qu’ils ne recommenceront pas, de leur infliger les sévices qu’ils infligent communément à leurs victimes. Le viol anal pratiqué sur ce mélanoderme se trouve, de ce fait, tout à fait justifié : un simple « rappel à la loi » l’aurait fait rire, et une peine de détention s’apparente pour ce genre d’individu à une sorte de séjour en colonies de vacances dans la mesure où il retrouvera toujours autant d’amis derrière des barreaux que dehors.

 

Pour le reste on sait parfaitement comment la « justice »française finira par résoudre le problème, et aussi que les impôts que paient les travailleurs français vont servir à reconstruire ce qui a été détruit par les « chances pour la France » ainsi qu’à leur payer le RSA et la CMU de la nombreuse parentèle qu’ils vont faire venir au nom du regroupement familial (lequel représente encore le plus fort taux de pourcentage en matière d’immigration, c’est un journal judéo-socialiste qui le dit : http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/01/15/regularisations-demandes-d-asile-visas-les-chiffres-de-l-immigration-en-2015_4848157_3224.html )

Leyla de Aragón

Aujourd’hui se déroule, dans l’enceinte du Tribunal Correctionnel de Pontoise, un procès extrêmement emblématique de ce qu’est devenu la justice en nos temps d’inversion des valeurs.

Le 25 novembre 2007, à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) un véhicule de police roule paisiblement en mission de patrouille, sans gyrophare ni avertisseur donc. A un carrefour non dégagé – donc sans visibilité pour le policier conducteur – arrive sur leur gauche deux adolescents chromatodermes juchés sur une moto non destinée à la route, dépourvue de freins et d’éclairage, à une vitesse supérieure à la limite autorisée. Ils ne respectent une priorité à droite : le choc est inévitable.  Les deux jeunes, qui n’en étant pas à une infraction près ne portaient même pas de casque, gisent inanimés. Aussitôt la racaille environnante survient, rendant impossible l’établissement du périmètre de sécurité nécessaire au bon déroulement d’une enquête en bonne et due forme. Après avoir tenté de prodiguer…

View original post 462 mots de plus

Publicités

Une réflexion sur “Evènements de Bobigny : et après?

  1. Irena Adler dit :

    Je peux très bien concevoir que Dieu laisse aux connards la liberté de crucifier le Christ – mais pas si les connards se figurent pour cela qu’ils sont des émissaires de la volonté divine, des bienfaiteurs de l’humanité, des prêtres sans uniforme. Si l’on laisse aux mauvais hommes la liberté de mal faire, c’est à la condition seule qu’ils soient un gibier de chasse pour ceux qui sont sur terre pour mériter leur paradis. Et il faut, il faut absolument, que les autorités chrétiennes continuent à encourager le monde à choisir la bonne voie. Car c’est là leur seule et unique fonction !

    Je parle en termes techniques.

    On ne manquera jamais de péché sur terre. Ce qui fait défaut par contre, par les temps qui courent, ce sont les vrais hommes : ceux capables d’appeler une sodomie une enculade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :