Babillages

498

Zone de libre expression!

498 réflexions sur “Babillages

  1. valdorf44 dit :

    Frst Draft News, plateforme collaborative, dénommée Check, qui vise à vérifier ce que l’on appelle les fake ou les hoax, c’est-à-dire les canulars d’actualité, eut-elle classé en «canulars », l’ actu du docu du dodu pédophile Terra-Noviste, Bejach, à «l’imagination industrielle», inscrit sur le fichier des criminels sexuels pendant dix ans pour la plus grande gloire d’ A.Montebourg, barbaro-métèque, candidat à la platitude et à la suffisance ?!…J’ ai comme un doute…non ?.

    http://www.rfi.fr/emission/chronique-medias

    http://courtnewsuk.co.uk/yes-i-child-grooming-bit/

  2. valdorf44 dit :

    Voeux 2017 de la S.A, canal intra-culturel, section Hommage :

    L’ennemi a atteint 99% de ses objectifs et se sent de ce fait si sûr de lui qu’il ne prend même plus la peine, comme il l’a fait jusqu’ici, de masquer ses véritables intentions. Sans vergogne il se réjouit de ce que dans les villes françaises la population blanche soit désormais sous la barre des 50%;

    Il faut que chacune et chacun se persuade qu’il œuvre pour les générations futures, pour l’avenir de la R!ace, et que de son vivant il ne verra rien d’autre que la lente putréfaction et le répugnant effondrement culturels, biologiques et spirituels de l’Europe.

    Conserver, apprendre et transmettre. Faire comme les moines de l’ère mérovingienne qui à l’abri des murs épais de leurs couvents recopiaient les textes des savants Grecs pour la postérité, sans se soucier du confort de leur existence. Opposer, au tumulte consumériste et au pandémonium, une riche impavidité et une orgueilleuse impassibilité, « créer de nouveaux rapports, de nouvelles distances, de nouvelles valeurs, et permettre de constituer un pôle qui, s’il n’empêche certes pas ce monde d’égarés d’être ce qu’il est, transmettra pourtant à quelques uns la sensation de la vérité, sensation qui sera peut-être aussi le début de quelque crise libératrice .»

  3. valdorf44 dit :

    EthniK !

    Tant que la France profonde était majoritaire, la classe populaire blanche était favorable au vivre-ensemble, car il y avait l’idée d’ un surplomb de son génie sur l’ ensemble des peuples du monde. Mais désormais , elle pense qu’ en bas la maronnasse mahométane lui nique sa race et qu’ en haut la lie apatride, l’y encourage sans vergogne.

  4. valdorf44 dit :

    En France, le divorce entre la gauche et ces « petits Blancs » date des années 1980. « Le petit peuple avait voté pour Mitterrand. Trente ans après, la séparation avec le PS est totale. La gauche s’est choisi un nouveau héros, l’immigré, elle s’est embourgeoisée culturellement et le coup de grâce a été porté en 2011 avec la fameuse note de,estimant que le PS doit se baser sur une « France de demain, plus jeune, plus diverse, plus féminisée » »,( A Patricot). Conséquence : « Les petits Blancs sont trop blancs pour la gauche et trop pauvres pour la droite. » Les « sans-dents » de François Hollande n’ont pas arrangé les choses. « C’est un cliché sur les dents des pauvres Blancs. Il ne se rend même pas compte de son mépris social ».

    Mais le PS n’a pas le monopole des préjugés. P. Buisson vengeur, raconte ainsi comment la première dame Carla Bruni était obsédée par les « ploucs » et « péquenots » : « Il s’agissait d’une appellation générique qui, dans son esprit, recouvrait différentes populations, dont le dénominateur commun était de partager des goûts pathétiques, des mœurs archaïques, ainsi qu’un regrettable attachement à leurs racines. À l’intersection des inquiétants « petits Blancs » et des caricatures sorties de l’imaginaire bienveillant de la gauche, les « ploucs » ne pouvaient cependant être rangés dans la sous-catégorie définie par Philippe Muray sous le terme de « ploucs émissaires ». Car la ploucophobie de Mme Bruni n’était en rien vindicative. N’ayant pas eu à se déprendre du messianisme prolétarien, elle ne partageait pas cette détestation libératrice du peuple-classe comme du peuple-nation, ce racisme anti-pauvres si répandu parmi les élites progressistes. Elle était simplement navrée que tant de Français fussent restés tributaires de l’instinctuel, du pulsionnel, du tribal. Elle ne leur en voulait même pas d’être les surgeons d’une longue histoire un peu trop chrétienne, un peu trop patriotique à son goût. Non, ce qu’elle leur reprochait, c’était d’être laids. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :